Les plateformes numériques au service des vacances pour toutes et tous !

Plus de 80 ans après la loi instaurant les congés payés de 1936, le constat est dur :

plus d’un Français sur trois reste privé de départ en vacances (voyage de plus de quatre jours) et un sur quatre ne part pas en voyage touristique même une seule nuitée dans l’année.

Cela est la conséquence de leur situation financière mais également de leur âge, le taux de départ étant moindre pour les jeunes et les personnes de plus de 65 ans.

Se connecter, voguer sur la toile, y construire son voyage pour partir en vacances est un rêve souvent inaccessible pour les personnes les plus en difficulté alors que cette parenthèse permet de sortir du quotidien et de faire des rencontres qui resteront marquées dans la mémoire.

Selon Brice Duthion, auteur de l’ouvrage Le tourisme en France, un écosystème en mutation : « Huit touristes sur dix préparent leurs vacances sur internet et un sur trois achète son séjour devant son écran ».

Dans son avis « Tourisme et numérique », le Conseil économique, social et environnemental (CESE) constate que des dispositifs et des structures existent déjà pour aider le départ en vacances de toutes et tous que cela soit les chèques vacances pour les salarié.e.s ou les structures du Tourisme social et solidaire. Pourtant leur impact est encore insuffisant.

Créer un plan national pour le départ en vacances des personnes les plus en difficulté
Afin d’améliorer l’existant, le CESE préconise de créer un plan national pour le départ en vacances des personnes les plus en difficulté, qui s’appuierait sur les possibilités offertes par le numérique. En effet, l’usage d’internet comme outil d’aide au départ en vacances doit être encouragé, tant pour faciliter la recherche de lieu, la rencontre de personnes que l’accès à l’information sur les richesses touristiques des territoires.

Exploiter les ressources offertes par les plateformes collaboratives
En outre, il faut exploiter les ressources offertes par les plateformes collaboratives qui se basent sur l’échange et le partage des biens, des services ou des expériences entre internautes via des plateformes numériques. Pour le CESE, il faut mieux accompagner cette économie du partage pour améliorer le rapport qualité/prix du tourisme en France et y développer un tourisme moins cher. Cette forme d’économie concurrence pour une part celles d’acteurs existants mais sont aussi une offre nouvelle abordable à destination des jeunes, des familles et des plus modestes.

Toutes ces offres en lien avec le numérique permettent également un complément de revenu pour les loueurs et un meilleur usage de biens sous-utilisés (résidences secondaires, usage individuel de la voiture…), mais aussi un moyen de faire la promotion de territoires peu prisés par les touristes.

Conscient de toutes ces opportunités offertes par le numérique pour lever les barrières au départ en vacances de certains publics, le CESE recommande prioritairement de développer l’accès aux outils informatiques et l’éducation de la population à ses usages, à ses potentialités et à ses risques. La lutte contre la fracture touristique passe donc par la réduction de la fracture numérique.

MM. Jean-Louis Cabrespines et Régis Wargnier sont les rapporteurs de l’avis Tourisme et numérique adopté en plénière le 12 décembre 2017

Print This Post

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet