Lançons une grande cause quinquennale d’engagement contre l’isolement social !

Notre société plonge ses racines et tire sa force dans le tissu de relations engagées qui nous relient et nous tiennent ensemble. Ce tissu relationnel est une richesse immatérielle d’un prix inestimable.

Un tissu relationnel vivant

Ce tissu relationnel est un tissu vivant qui se recompose, trouve de nouveaux chemins pour se régénérer et restaurer nos liens lorsqu’ils sont rompus ou abimés. Mais il est aujourd’hui mis à l’épreuve par les grandes transitions que traverse notre société à un tel degré qu’une alerte s’impose. Le niveau et l’intensité de l’isolement social sont les signes de son érosion, de son usure, de ses déchirures risquées qui vont parfois et à certains endroits jusqu’à sa perte.
Les faits sont là. Malgré la puissance de régénérescence du tissu social, l’isolement social est massif, il s’intensifie et touche une large population. Ses conséquences sont considérables. Il fonctionne comme un processus d’empêchement qui place ceux qui en souffrent – et ils sont plus d’une personne sur dix en France – dans l’exclusion, le repli, la défiance et le désengagement. L’affaiblissement de notre tissu relationnel fatigue et angoisse notre société toute entière jusqu’à ce qu’elle semble parfois perdre conscience d’elle-même.

Il est donc urgent d’agir en plaçant au centre de nos préoccupations les écosystèmes relationnels qui nous tiennent ensemble, d’en prendre soin pour qu’ils produisent par eux-même reconnaissance, réciprocité, entraide, sécurité, convivialité, bref tout ce que chacun peut attendre de relations de qualité, denses et durables, qui forment le socle de notre cohésion sociale.

Deux convictions au cœur de cette démarche innovante

J’ai été le rapporteur d’un avis sur le sujet Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité. Le programme d’intervention préconisé dans notre avis s’appuie sur deux convictions et une démarche innovante.

La première conviction est que le lien social n’est pas une marchandise. La deuxième est que le soutien à l’engagement bénévole ne peut servir de prétexte au désengagement de la puissance publique. Au contraire, les deux se renforcent : sans société engagée, notre modèle de protection sociale perd ses bases et son soutien populaire.
La démarche est innovante parce qu’elle se donne comme finalité de libérer la créativité solidaire du corps social. Elle articule l’autonomie de l’action citoyenne et associative avec une animation en réseau pour lui donner plus de force et d’ampleur.  Elle défend une proposition emblématique, un « bien commun » inter associatif et inter partenarial : l’« Equipe citoyenne ».
Les acteurs de la société civile agissent déjà, ils sont prêts, volontaires et unanimes. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement ! Lancer une grande cause quinquennale d’engagement contre l’isolement social pour mailler notre territoire d’« Equipes citoyennes » serait un signe fort en direction de ceux qui pensent ne compter pour rien ni pour personne ; une politique assumée de fraternité républicaine.

Print This Post

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires
  • SOS Amitié Montpellier
    13 juillet 2017
    Très intéressant. Président de SOS Amitié Montpellier, je suis particulièrement sensible à cette démarche. Nous savons le grand besoin de relations des personnes seules pour être simplement dans leur humanité. Que de souffrances engendrées par la solitude. Plus il y aura d'écoutants mieux nous répondrons à cette souffrance.

Sur le même sujet