L'homme de Vitruvian de Léonard de Vinci

Pour une vraie égalité réelle, poursuivons la décolonisation des Outre-mer

Le temps est venu de franchir une nouvelle étape dans la décolonisation des Outre-mer au sens où l’entendait Michel Rocard lorsqu’il prônait de « décoloniser la province ». Il s’agit d’y libérer toutes les énergies porteuses de développement durable endogène en s’appuyant davantage sur les richesses naturelles, humaines et culturelles locales.

Combler les inégalités d’accès aux droits fondamentaux et aux chances pour tous

La récente crise guyanaise a rappelé combien de retards majeurs subsistent dans plusieurs collectivités ultra-marines dans l’équipement   en infrastructures de ces dernières et l’accès à des droits fondamentaux (éducation, santé, logement, …) promis par la République. Des politiques publiques de rattrapage co-construites entre l’Etat et les collectivités territoriales doivent donc être mises en œuvre pour combler ces inégalités d’accès aux droits fondamentaux et aux chances pour tous dans tous les territoires. C’est le premier objectif que se fixe la loi du 28 février 2017 relative à l’égalité réelle outre-mer et, avec le CESE, j’y souscris pleinement.

Relever les défis

Cependant, cette même loi, en posant pour principe que : « La République reconnaît aux populations d’Outre-mer le droit d’adopter un modèle propre de développement durable pour parvenir à l’égalité dans le respect de l’unité nationale » invite simultanément les populations d’outre-mer à s’émanciper, à auto-définir dans le cadre de démarches de démocratie participative locales un projet d’avenir propre à leur collectivité territoriale qui puisse donc diverger du modèle retenu à l’échelle nationale. Je crois que dans chaque territoire, nous devons saisir à bras le corps cette opportunité, conformément à l’une des principales recommandations de l’avis «  Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer «  voté par le CESE le 12 juillet 2016, afin notamment de relever le défi de l’emploi local.

Je suis convaincu que l’égalité réelle ne peut être définie comme l’égalité des résultats de chaque individu et de chaque territoire. Elle ne peut être approchée qu’en combinant les principes d’égalité et de liberté, notamment de liberté de définition et de mise en œuvre de certaines politiques et actions publiques à des échelles décentralisées en application autant que possible du principe de subsidiarité.

 Je crois que les collectivités ultra-marines ont vocation à devenir autant de laboratoires de la construction des sociétés de demain.

Riches de leur diversité humaine, culturelle, naturelle (biodiversité) exceptionnelles, je crois que les collectivités ultra-marines ont vocation à devenir autant de laboratoires de la construction des sociétés de demain ayant appris à tirer le meilleur parti des révolutions numérique et écologique en cours pour construire des sociétés plus innovantes, plus solidaires, plus fraternelles, plus respectueuses de la nature et en final plus heureuses. C’est le vœu que je formule.

 

Print This Post

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *